Article

28.05.2019

Des business models à la rescousse des océans

Le plastique est un matériau utile et polyvalent, mais qui pose d’importants défis environnementaux, notamment pour les océans. Un enjeu crucial pour la planète, dont se saisissent des start-up innovantes…

Un constat accablant

L’être humain produit chaque année 400 000 millions de tonnes de plastique dont seuls 18 % sont recyclés. Près de la moitié de ce volume gigantesque est à usage unique : des produits « instantanés » pour l’homme mais qui continueront de « peser » sur la planète pendant plusieurs centaines d’années. Nos mers et océans sont en première ligne et abriteraient plus de 150 millions de tonnes de ces déchets. La faute aux millions de tonnes — entre 5 et 12 millions par an — déversées dans l’eau… provoquant des dégâts irrémédiables sur les écosystèmes, la faune et la flore aquatiques.

Du vert au « bleu »

Face à ce constat, il faut agir. C’est ce que font un certain nombre de start-up et d’entreprises en développant des business models centrés sur ces enjeux, conscientes qu’adhérer à une économie verte ne suffit probablement plus pour faire bouger les lignes. La solution ? Passer au « bleu ». Une notion développée par l’entrepreneur belge Günter Pauli, entre autres, dans son ouvrage « L’économie bleue 3.0 ». L’idée ? S’atteler aux questions de régénération au-delà de la préservation ou de la conservation. Autrement dit : faire des enjeux environnementaux des opportunités économiques. Des occasions uniques pour générer de la croissance, de la valeur et des emplois.

Des exemples ?

Plusieurs entreprises se lancent donc dans l’aventure en développant des activités centrées sur les défis environnementaux, notamment autour de l’enjeu du plastique dans les océans. Quelques cas concrets, parmi d’autres… :

  1. Réduire l’usage du plastique

    La start-up belge B-Cap propose une capsule rechargeable qui se visse comme un bouchon sur le goulot des bouteilles et libère des composants actifs concentrés. L’objectif ? Réduire l’usage de ce fléau que sont les bouteilles en plastique. Autre calamité ? Les pailles, auxquelles s’attaque par exemple la start-up taïwanaise 100 % ZHI avec ses tiges de café et de patate douce. Dans le même genre ? L’entreprise belge DoEat a inventé des emballages 100 % comestibles, fabriqués à partir de pomme de terre, d’eau et de drêche. Sans oublier l’américaine Loliware qui a pour vocation de remplacer les plastiques à usage unique par des matériaux consommables dérivés d’algues.

  2. Recycler ou revaloriser les déchets

    Bureo est une entreprise californienne qui surfe sur un autre problème majeur : plus de 640 000 tonnes de filets de pêche sont perdues en mer chaque année. Bureo les récupère pour les transformer en produits tels que des skateboards ou des lunettes de soleil. Ils sont loin d’être les seuls sur ce créneau : les Belges de b-token se sont aussi lancés à l’assaut de ce « déchet » pour le convertir en jetons. Du côté de w.r.yuma, autre jeune pousse nationale, l’idée est de récupérer du plastique usagé afin d’en faire des lunettes de soleil au moyen d’imprimantes 3D.

    Mode toujours : la marque G-Star s’est associée à Parley et Bionic — avec l’appui de Pharrell Williams — pour vendre des jeans issus de plastique recyclé. Dans le même temps, la start-up Awake Watches se propose de faire des montres durables autour d’un principe similaire… Mais on pourrait également citer les Australiens BlockCycle qui ciblent le marché de la valorisation des déchets grâce à la blockchain.

  3. Nettoyer les océans et les mers
     
    Dans le même ordre d’idées, United By Blue se veut une marque ocean-friendly. Si ses produits sont tant que possible issus des matériaux recyclés, l’entreprise américaine s’engage surtout à nettoyer les mers (un demi-kilo de détritus) pour chaque article vendu. Projet similaire pour l’entreprise Sodastream, spécialisée dans la gazéification de boissons, qui a construit un dispositif marin pour collecter les résidus plastiques au large des Caraïbes.

    L’initiative écologique Seaqual s’attèle aussi à débarrasser les océans du plastique et à le valoriser. Citons des solutions comme celles de l’AutoNaut, un bateau autonome capable de naviguer dans les mers afin de protéger la faune et la flore marines contre la pêche illégale et la pollution. Mais le récent revers de l’un des précurseurs du nettoyage des mers, la start-up Ocean CleanUp, confirme que le combat contre le plastique n’est pas simple et que les réponses doivent être multiples

Des efforts en continu…

Cette liste est loin d’être exhaustive : la sauvegarde des océans peut et doit aller plus loin. Ainsi de plus en plus d’autres initiatives voient le jour : autour de la gestion plus durable des pêches (traçabilité, triage, etc.) ou encore les solutions technologiques pour la gestion de projets offshore. Sans oublier des actions plus structurantes telles que la Ocean Tech en France ou la Sustainable Ocean Alliance qui vise, entre autres, à stimuler l’émergence de nouvelles start-up actives sur les mers...

Article

18.12.2023

Quelle est l’Entreprise de l’Année 2023 ?

Technord a été couronnée le 4 décembre. Le jury a tenu à récompenser une entreprise familiale solidement établie depuis des décennies dans le paysage industriel wallon.

L’objectif de « L’Entreprise de l’Année » est de récompenser les entreprises de la Belgique francophone qui se distinguent par leur volonté d’entreprendre et d’innover, mais aussi par leur sens de la stratégie et de la compétition, leur ouverture sur le monde et leur gestion exemplaire. Cette prestigieuse cérémonie est organisée par EY depuis 1996, et BNP Paribas Fortis en est un fidèle partenaire depuis le départ.

À l’occasion de la 28e édition du concours, le 4 décembre, un jury professionnel constitué de l’élite du monde entrepreneurial et académique belge a choisi de récompenser Technord, spécialisée dans l’intégration de solutions liées à l’électricité industrielle, l’automatisation, l’informatique industrielle et l’industrie 4.0.

Technord, un engagement social et environnemental exemplaire

Des solutions flexibles et une expertise solide : voilà comment se définit Technord, groupe 100% familial dont le siège se situe à Tournai. Possédant 14 filiales réparties entre la Belgique et la France, l’entreprise accompagne ses clients dans leur développement et les aide à répondre aux enjeux de digitalisation, de décarbonation et d'optimisation de leurs processus industriels. Forte d’un chiffre d’affaires de 90 millions d’euros, la société dirigée par Philippe Foucart possède aussi la certification B CORP, preuve de son triple impact positif, tant d’un point de vue social que sociétal et environnemental.

« En décernant à Technord le titre d’Entreprise de l’Année 2023, nous avons tenu à mettre en avant une entreprise familiale solidement établie depuis plusieurs décennies dans le paysage industriel wallon », a expliqué Laurent Levaux, président du jury. « Innovant depuis sa création, le groupe Technord a constamment démontré un engagement social exemplaire envers son personnel. Au fil des années, il a laissé une empreinte significative dans son environnement grâce à sa recherche continue d'innovation et à la cohérence de sa stratégie. »

Une source d’inspiration pour les jeunes entrepreneurs

« Nous espérons sincèrement que le succès d’entreprises telles que Technord inspirera la prochaine génération de jeunes entrepreneurs, ainsi que tous ceux qui aspirent à entreprendre. Chez EY, nous sommes fiers de les célébrer et de les soutenir » a pour sa part commenté Patrick Rottiers, CEO d’EY Belgique.

Forte de sa croissance exponentielle, Technord a remporté le titre d’Entreprise de l’Année 2023 devant Lisam, Medi-Market et Tom&Co. Pour en savoir plus, consultez le communiqué de presse.

Source : EY

Article

18.12.2023

Quelle est la Scale-up de l’Année 2023 ?

Vertuoza a été couronnée le 4 décembre. L’entreprise nivelloise active dans le secteur de la construction a triplé son chiffre d’affaires en 2023.

La 11e édition de la « Scale-up de l’Année », organisée par EY et dont BNP Paribas Fortis est un fidèle partenaire depuis le départ, a eu lieu le 4 décembre. L’objectif de ce prix ? Récompenser les scale-up bruxelloises et wallonnes en pleine phase de développement qui présentent un haut potentiel et un avenir prometteur. Et, ce faisant, les encourager à poursuivre leurs efforts.

Cette année, c’est donc Vertuoza qui a remporté le trophée et succède ainsi à Aerospacelab au palmarès de la Scale-up de l’Année, devançant les autres nominés MyData-Trust, TrustUp et Wooclap.

Vertuoza, meilleur amie des chantiers de construction

Fondée en 2021 par Antoni Di Filippo et Dominique Pellegrino, Vertuoza emploie aujourd'hui plus de 70 collaboratrices et collaborateurs répartis entre trois bureaux à Nivelles, Paris et Genève. Vertuoza est un logiciel de gestion de chantier très complet déjà devenu incontournable dans le secteur de la construction en Belgique, en France, en Suisse et au Luxembourg.

« Vertuoza est l'exemple même de l'entreprise à haute croissance dont la Belgique francophone a tant besoin », a déclaré le président du jury, Pierre Mottet. « Portée par trois co-fondateurs visionnaires – un entrepreneur en bâtiment, un développeur et un gestionnaire – elle a connu une croissance fulgurante de ses revenus récurrents, attirant plus de 2.500 entrepreneurs et triplant son chiffre d'affaires en 2023. Ce succès remarquable n'a pas échappé au jury. »

« Une fois de plus, nous sommes fiers des lauréats et des nominés, qui prouvent qu’il est toujours possible d’avoir des idées novatrices » ajoute Sophie Lefèvre, Executive Director chez EY. « Parce que des entreprises comme Vertuoza sont toujours critiques à l'égard de ce que veulent les clients et apportent des changements là où c'est nécessaire, d'autres entreprises peuvent s'en servir comme d'une véritable référence. Tous les candidats méritent de gagner, en raison du formidable esprit d'entreprise dont ils font preuve, mais Vertuoza s'est particulièrement distinguée. »

Source : EY

Article

06.09.2023

Nouvelle mobilité : l’atout technologie

La technologie est-elle un atout pour aller vers une nouvelle mobilité pour les entreprises ? Voici ce qu’en pense Philippe Kahn, Mobility Solutions Expert.

Aujourd’hui plus que jamais, les entreprises doivent repenser leur mobilité pour qu’elle s’inscrive dans l’indispensable transition durable de nos sociétés. Depuis le 1er juillet 2023, la réglementation prévoyant à l’horizon 2026 la fin de la déductibilité fiscale pour les véhicules d’entreprise thermiques produit ses premiers effets. Dans le même temps, le budget fédéral de mobilité et ses récentes évolutions rendent cette (r)évolution bien plus concrète et praticable. Et une chose est sûre : les outils technologiques, en particulier les applications, ont un rôle clé à jouer. Mobility Solutions Expert chez Arval BNP Paribas Group, Philippe Kahn nous explique pourquoi.

1er juillet 2023 : une date clé

« Pendant les quelques semaines qui ont suivi le moment charnière du 1er juillet 2023, nous avons déjà constaté un changement dans les besoins exprimés par nos entreprises clientes », explique Philippe Kahn. « Certaines d’entre elles avaient déjà fait des pas concrets vers la transition durable. Mais aujourd’hui, elles sont d’autant plus nombreuses à devoir aussi répondre aux questions et préoccupations concrètes de leurs employés. Comment vais-je pouvoir utiliser une voiture électrique alors que j’habite en ville et que je n’ai pas de bornes de recharge à disposition ? Ai-je envie de chercher tous les deux jours un endroit fiable pour effectuer cette recharge ? Et suis-je prêt·e à repenser fondamentalement ma mobilité ? Donner une réponse satisfaisante à ces interrogations est forcément une priorité pour les employeurs. Au-delà de la gestion de A à Z d’un véhicule électrique de société, donc y compris la question de sa recharge, de plus en plus d’entreprises commencent à repenser leur politique de mobilité globale, en analysant toutes les alternatives existantes, notamment celles multimodales. Et c’est une excellente nouvelle, car c’est un passage obligé pour l’avenir. Je pense donc que la demande pour de telles solutions va devenir de plus en plus importante. Pour y répondre de manière fluide, la technologie et notamment les applications sont un atout de poids. »

Anticiper pour mieux servir

Si la question est en train d’émerger au sein des entreprises, elle est depuis des années une priorité pour Arval, BNP Paribas Fortis et Philippe Kahn. « Cela fait plus de cinq ans que nous anticipons les changements en cours, avec pour objectif d’avoir une vision de la mobilité et une expertise bien plus larges que le seul leasing. Aujourd’hui, nous disposons d’ailleurs d’un département complet qui s’en occupe exclusivement. Grâce à cette expertise, nous répondons et même devançons les besoins des entreprises qui n’ont pas l’expérience de ces questions, et qui se sentent parfois un peu perdues par rapport à cette révolution de la mobilité. »

Une expérience simplifiée et plus fluide grâce à la technologie

Mais pourquoi et comment la technologie joue-t-elle un rôle important dans cette transition vers une mobilité plus durable des entreprises ? « Pour rendre l’expérience de cette nouvelle mobilité plus simple et fluide pour ses utilisateurs. Et c’est dans ce sens que vont les derniers développements du marché », répond Philippe Kahn. « C’est d’ailleurs aussi à ça que servent les  nouvelles applications dédiées à la mobilité que nous proposons désormais à nos entreprises clientes. Pour les employeurs, elles facilitent la gestion du budget mobilité mis en place par les autorités fédérales. Ce budget, ses trois piliers et ses récentes évolutions sont un facteur crucial pour repenser la mobilité. Mais il s’accompagne aussi d’une certaine complexité réglementaire. C’est pour faciliter cette gestion que nous avons initié il y a cinq ans déjà le développement de toute une série d’outils technologiques. Par exemple pour permettre à nos clients de gérer très facilement le choix combiné d’une voiture électrique et d’un vélo dans le cadre de ce budget mobilité. Dans cette logique d’innovation ciblant l’expérience utilisateur, nos applications intègrent très concrètement toutes les facettes de la nouvelle mobilité professionnelle, accessibles depuis un smartphone. Utilisation de transports publics, mobilité de partage, taxi, et même le parking alors qu’il n’est pas repris dans le budget mobilité : tout s’y retrouve en un seul endroit. Cela facilite aussi la gestion des transactions : les achats mobilité d’un faible montant, comme celui d’un ticket de bus, sont automatiquement pris en compte et validés. Il n’y a dès lors plus de vérification manuelle nécessaire. Dans la même logique, il ne faut plus avancer ni rembourser quoi que ce soit… ni donc conserver et gérer des preuves d’achat. En résumé, les app simplifient le budget mobilité, en proposant de manière conviviale tous ses composants importants : voiture, vélo, scooter, multimodalité, transports publics, mobilité partagée… »

La technologie, un accélérateur de stratégie

L’exemple du trajet d’innovation tracé par Arval Belgique illustre parfaitement pourquoi la technologie est un accélérateur important pour implémenter de nouvelles stratégies de mobilité. Et bien évidemment, ce qui existe aujourd’hui est appelé à évoluer très rapidement, pour aller vers une expérience utilisateur toujours plus riche. Philippe Kahn : «Beaucoup d’outils innovants existent déjà. Mais l’un des défis, lié à la complexité belge, est d’arriver à fédérer tous les acteurs concernés sous le même étendard, pour que le résultat de ce travail collaboratif se retrouve dans une seule et même app « magique ». Ce qui existe aujourd’hui en Belgique a souvent une portée locale. C’est une limitation qui n’existe par exemple pas aux Pays-Bas grâce à la carte OV.  La réalité urbanistique de notre pays est aussi un challenge. Car en dehors des grands centres urbains, la mise en place de Hubs de mobilité où toutes les moyens de déplacement sont accessibles est moins aisée. »

Une chose est sûre : la transition vers la nouvelle mobilité des entreprises est sur les rails. Et la nouvelle app d’Arval Belgique  est un outil précieux pour nos entreprises. « Cette innovation technologique permet dès maintenant d’atténuer la complexité réglementaire pour les employeurs et de fluidifier très concrètement pour les employés et employées leur expérience de la multimodalité », conclut Philippe Kahn.

Arval Belgium SA, Ikaroslaan 99, 1930 Zaventem – RPM Bruxelles – TVA BE 0436.781.102, intermédiaire en assurances à titre accessoire, inscrit auprès de la FSMA sous le numéro 047238 A. Sous réserve d’acceptation de votre demande.

Arval Belgium S.A. est une filiale de BNP Paribas Fortis

Article

22.06.2023

Transport maritime : zoom sur l’impact de la décarbonation et de la transition énergétique

Fin mai, BNP Paribas Fortis et l’Université d’Anvers ont réuni une flopée d’experts pour échanger sur les nombreux défis liés à la décarbonation du secteur du transport maritime. Que faut-il en retenir ?

Née il y a 12 ans, la Chaire BNP Paribas Fortis Transport, Logistique et Ports – liée à l’Université d’Anvers – mène des recherches approfondies pour trouver des moyens concrets et innovants de créer un écosystème maritime de plus en plus résilient. Et durable !

Forte du succès rencontré par ses deux premiers événements d’envergure, en 2017 et 2019, la chaire a décidé de remettre le couvert cette année. C’est ainsi que, le 25 mai 2023, une série de spécialistes et d’acteurs du secteur portuaire et du transport maritime se sont réunis dans les locaux de BNP Paribas Fortis, à Anvers, pour débattre de l’impact de la décarbonation dans l’écosystème maritime.

Voici leurs principales conclusions…

1 – Il faut passer à la vitesse supérieure

Le transport maritime est actuellement la forme de transport commercial la plus économe en carbone, sur la base du CO₂ émis par tonne et par kilomètre. Mais il peut faire mieux.

Jusqu’ici, les acteurs du secteur ont privilégié les gains rapides. En modifiant les hélices des navires et en adaptant leur vitesse, par exemple. Mais le 25 mai, les experts se sont accordés sur le fait qu’il est temps à présent d’expérimenter de nouveaux carburants et de nouvelles technologies, et d’évoluer vers des carburants à émissions (quasi) nulles. Le rythme du changement s’accélère, mais il n'y a pas encore de solution miracle. Les coûts (et les risques) sont énormes.

2 – Une réglementation internationale, SVP (et une seule) !

Le cadre réglementaire est complexe et en constante évolution.

D’ici 2030, l’Organisation maritime internationale (OMI), qui dépend de l’ONU, s’engage à réduire la production de carbone de tous les navires de 40% par rapport à 2008. Et de 70% d’ici 2050.

L’Union européenne, elle, s’engage à réduire les émissions de gaz à effet de serre du transport maritime d’au moins 55% d’ici 2030, par rapport à 1990. D’ici 2024, un système d’échange de quotas d’émission (SCEQE) s’appliquera à tous les navires de plus de 5.000 tonnes brutes à destination ou en provenance des ports de l’UE.

Bref : les choses bougent, et dans la bonne direction. Le hic, selon les acteurs du secteur, c’est que de nombreux programmes régionaux et suprarégionaux subsistent en parallèle. Et que cela entraîne une surcharge administrative et financière.

Le 25 mai, toutes les parties prenantes se sont accordées sur deux points : premièrement, une politique internationale unique est indispensable, puisqu’il s’agit d’un secteur mondial ; deuxièmement, les acteurs qui ne respectent pas les règles doivent être sanctionnés.

3 – La transition vers la neutralité carbone sera coûteuse 

L’investissement nécessaire à la construction de nouveaux navires plus écologiques est estimé à 5.000 milliards de dollars d’ici 2050. Le coût de la modernisation de la flotte existante n’est pas encore connu, quant à lui, mais il ne sera pas nul… Par ailleurs, l’investissement nécessaire pour renouveler les infrastructures portuaires s’annonce colossal.

4 – Carburant et/ou technologie de prédilection : l’incertitude règne

Quel sera le carburant ou la technologie du futur ? Les opinions divergent.

De nombreux types de carburant à faibles émissions devraient coexister pendant un certain temps. L’électricité ne sera utilisée que sur les navires côtiers, les ferries et certains remorqueurs. Les grands navires utiliseront du gaz naturel liquéfié (GNL) ou du gaz de pétrole liquéfié (GPL), du méthanol, de l’ammoniac et peut-être même des biocarburants.

Le transport sur de longues distances dépendra dans un premier temps du carburant lourd, éventuellement avec capture et stockage du carbone. L’hydrogène a du potentiel, mais sa densité, son stockage et sa manipulation posent question. L’éolien, le solaire et le nucléaire ne sont pas en reste.

Mais le véritable problème, actuellement, est que si le nombre de navires pouvant fonctionner avec des carburants plus propres augmente effectivement, ces carburants ne sont pas encore suffisamment disponibles à l’échelle internationale. Autrement dit, l’offre est nettement inférieure à la demande.

5 – Les banques jouent un rôle clé

Les banques jouent un rôle clé dans le financement de la transition énergétique. En 2019, onze institutions financières – majoritairement européennes, dont le Groupe BNP Paribas – ont instauré les principes de Poséidon, qui soutiennent la transition vers un shipping à faible émission de carbone. Grâce à ce cadre mondial, l’intensité carbone des prêts bancaires du secteur maritime peut être mesurée, et connue de tous et toutes. Aujourd’hui, on dénombre 24 signataires, dont des institutions financières japonaises. Et c’est une bonne nouvelle.

Envie d’en savoir plus ?

Les présentations, vidéos et photos de l’événement du 25 mai 2023 sont disponibles sur cette page.

Discover More

Contact
Close

Contact

Pourriez-vous répondre aux questions ci-dessous ? Nous pourrons vous répondre ainsi plus rapidement. Merci d'avance.

Vous êtes indépendant, exercez une profession libérale, démarrez ou dirigez une petite entreprise locale. Rendez-vous sur notre site dédié aux professionnels.

Vous êtes un particulier ? Rendez-vous sur notre site dédié aux particuliers .

Votre entreprise / organisation est-elle cliente de BNP Paribas Fortis ?

Mon organisation est servie par un chargé de relation :

Votre message

Tapez le code indiqué dans l'image :

captcha
Check
La Banque traite vos données à caractère personnel conformément à la Déclaration Vie Privée de BNP Paribas Fortis SA.

Merci

Votre message a bien été envoyé.

Nous vous répondrons dans les plus brefs délais.

Retour à la page en cours›
Top