Contact
Close

Contact

Plainte

Pourriez-vous répondre aux questions ci-dessous ? Nous pourrons vous répondre ainsi plus rapidement. Merci d'avance.

Votre entreprise / organisation est-elle cliente de BNP Paribas Fortis ?

Mon organisation est servie par un chargé de relation :

Votre message

The Label Key Captcha not found

captcha
The Label Key PrivacyNoticePart1 not found The Label Key PrivacyNoticeLinkTxt not found The Label Key PrivacyNoticePart2 not found

Merci

Votre message a bien été envoyé.

Nous vous répondrons dans les plus brefs délais.

Retour à la page en cours›
Actualités

08.07.2016

Le ralentissement de la productivité: la nouvelle norme?

Pourquoi la croissance économique est-elle à la traîne dans notre pays ? Réponses avec Arne Maes, economic advisor chez BNP Paribas Fortis.

La croissance économique belge ralentit depuis des décennies. Mais notre pays n'est pas le seul dans le cas. Pratiquement tous les pays industrialisés ont connu ce sort dont les causes sont en grande partie similaires.

C'est ainsi que le passage graduel de l'industrie manufacturière au secteur des services comme activité économique principale a conduit au ralentissement de la croissance dans les pays concernés. Le progrès technologique, qui permet au secteur manufacturier d'augmenter sans cesse l'efficacité de la production, est un effet beaucoup moins prononcé dans le secteur des services. Dès lors, le taux d'emploi en hausse dans ce secteur agit, également comme un frein sur la croissance globale.  

Qu'en est-il en Belgique ?

Dans notre pays, la hausse de la productivité du travail progresse beaucoup plus lentement que chez nos voisins.  Depuis les années de crise, c'est surtout la baisse de la productivité dans le secteur des services qui frappe, particulièrement influencée par les services non commerciaux comme l'enseignement, la santé et les activités publiques.

Les piètres prestations de la Belgique peuvent s'expliquer, en partie, par l'absence d'entreprises d'innovation technologique (à l'intérieur de nos frontières).  L'importance relative de ces secteurs à forte croissance de l'économie belge s'est en effet réduite ces dernières années, ainsi que leur contribution à la recherche et au développement.

Un certain nombre de tendances qui ont historiquement contribué à la croissance économique arrivent également en fin de cycle.

Les chaînes de valeur mondiale, comme on les appelle, dans lesquelles les multinationales envoient leurs produits de continent en continent, comme étapes du processus de production, ont gagné en importance. L'augmentation de la spécialisation locale a, ces dernières années, permis d'enregistrer d'importants gains d'efficacité. La Belgique, économie largement tournée vers le commerce international, a toujours été un précurseur dans ce domaine, même si la spécialisation forcenée des tâches atteint, aujourd'hui, un plafond naturel.

L'augmentation du degré de scolarisation de la population belge atteint également, peu à peu, ses limites, de sorte qu'on ne peut plus attendre de contribution à la croissance de ce côté-là.

La nouvelle normalité ?

Un certain nombre des évolutions évoquées ci-dessus sont irréversibles et la croissance n’est pas une fin en soi. Mais il existe des solutions pour relancer le moteur qui tousse.

Pour améliorer les perspectives à long terme, il faut investir. Les entreprises ont besoin de sécurité juridique et de transparence. À ce sujet, les révisions en cours de la Loi Major et de l'Excess Profit Rulings n'inspirent guère confiance.

Sans compter que, ces dernières années, les investissements publics se sont fortement réduits, souvent sous le couvert de l'inévitable assainissement des finances. On ne peut continuer à vider de leur substance les infrastructures actuelles. Même en temps d’exercice budgétaire difficile, les projets à forte valeur ajoutée sont autosuffisants, davantage encore dans la situation actuelle de taux historiquement faibles.

En outre, Bruxelles et Anvers figurent toutes deux dans le top 5 en matière de problèmes de circulation. Il faut absolument redessiner le réseau actuel et les incitants financiers qui favorisent l’utilisation individuelle d’un véhicule.

Malgré quelques signes positifs, le taux d'emploi, à 67 %, reste bien en-dessous de celui de nos voisins. Plus tôt cette année, le FMI a mis le doigt sur la plaie : certains groupes de population (les plus âgés, les migrants) trouvent encore difficilement leur chemin sur un marché du travail belge fragmenté. De son côté, la Commission Européenne a encore dénoncé, dans ses dernières « country specific recommendations », le manque de flexibilité. Là aussi, de nouvelles réformes s'imposent.   

C'est un fait : la nouvelle normalité apporte son lot de nouveaux défis. Il est possible de renouer avec une croissance plus élevée si l'on se concentre sur des investissements autosuffisants et des réformes structurelles.

Actualités

29.10.2020

L’impact des élections américaines

La plus grande puissance mondiale choisit son prochain président dans quelques jours. Trump ou Biden, Biden ou Trump ? Celui qui l’emportera devra gérer divers dossiers comme le précise Koen De Leus sur son blog. 

Tous les regards sont portés sur les Etats-Unis depuis plusieurs semaines. Les élections prévues le 3 novembre verront en effet s’opposer le président sortant Donald Trump à Joe Biden, son challenger. Peu importe qui gagnera les élections, il aura du pain sur la planche dès son investiture comme le précise Koen De Leus, Chief Economist BNP Paribas Fortis, dans son dernier billet sur son blog.

Comment combattre la pandémie du coronavirus, quelles mesures économiques pour relancer le pays, quid des relations avec la Chine ? Koen De Leus établit les différentes options des candidats.

Découvrez tout cela sur le blog de Koen De Leus.

Actualités

15.10.2020

Les nominés ‘Growth’ des BVA Private Equity Awards !

Le jeudi 29 octobre, en collaboration avec la Belgian Venture Capital & Private Equity Association (BVA), nous récompenserons des entreprises belges performantes qui ont fait appel au private equity ou venture capital pour financer leur croissance. En raison des circonstances actuelles, un show en ligne sera organisé.

En tant que partenaire de la BVA et cofondateur des Private Equity Awards, nous sommes fiers de participer pour la 3e fois à cette remise. Notre banque hébergera l’événement et siégera au jury. Il y a 3 catégories de prix : « Venture Company of the Year », « Growth Company of the Year » et « Buy-out Company of the Year ».

Aujourd’hui, nous avons le plaisir de vous présenter les nominés de la catégorie Growth Company of the Year :

  • Cegeka est l’un des principaux fournisseurs européens de solutions, services et consultance IT. La société est spécialisée dans les services multi-cloud, l’orchestration cloud, les managed services et l’optimisation des applications, infrastructures et processus d’entreprise. Elle assure également le développement et l’intégration d’applications, d’écosystèmes et de plateformes.
  • CluePoints est le principal fournisseur de Risk-Based Study Execution (RBx) et Data Quality Oversight Software. Dans ses produits, la société utilise des algorithmes statistiques afin de déterminer la qualité, l’exactitude et l’intégrité des données d’essais cliniques, tant pendant qu’après ceux-ci.
  • OncoDNA est à la pointe de l’analyse moléculaire personnalisée pour les patients atteints de cancer. L’entreprise développe des logiciels d’interprétation et de reporting des données. Ces innovations médicales aident les médecins dans le choix du traitement et/ou assurent un meilleur suivi de l’évolution tumorale chez les patients.

Découvrez les entreprises nominées dans cette petite vidéo.  Nous leur souhaitons bonne chance à toutes !

 

Vous voulez savoir qui l’emportera ? Save the date !

Cette année, la remise des prix physique sera remplacée par un événement en ligne diffusé le jeudi 29 octobre 2020 à 17 h. Bloquez donc cette date dans votre agenda !

En savoir plus sur les BVA Private Equity Awards ? Cliquez ici.
En savoir plus sur le private equity comme solution de financement ? Cliquez ici.

Actualités

15.10.2020

Le secteur maritime est plus innovant qu’on ne le pense

Si le secteur maritime et l'industrie portuaire ont longtemps été connus pour leur attitude conservatrice envers le changement et l'innovation, ce n'est plus le cas aujourd'hui, d’après l’e-book "Innovations in Ports: Technology, Information and Processes".

Avec l’aide du Professeur Thierry Vanelslander et du Docteur Valentin Cârlan, Christa Sys, économiste spécialiste des transports et professeure affiliée à la Chaire BNP Paribas Fortis Transport, Logistique et Ports de l'Université d'Anvers, a réuni une équipe internationale d'experts afin de mener une étude à grande échelle sur l'innovation dans le secteur maritime. Son objectif ? Mieux comprendre comment l'innovation peut accroître l'efficacité du transport maritime et portuaire. Le résultat de ces recherches est consigné dans l’e-book 'Innovations in Ports: Technology, Information and Processes'.

Cette publication offre un aperçu approfondi des objectifs et des processus d'innovation dans le secteur maritime et démontre que ce secteur n’a plus à rougir face aux autres industries. L'innovation est essentielle pour rester compétitif.

Pas moins de 75 cas, organisés en 12 clusters, ont permis aux chercheurs de mettre en avant des éléments expliquant comment ce secteur se prépare aux défis économiques, écologiques et sociaux. Des facteurs de succès et des points d’amélioration ont été identifiés pour chaque innovation, de même que l'impact sur le Profit, la Planète et les Personnes. Les sujets traités comprennent: le dragage, le chargement et le déchargement, le trafic de fret intérieur en milieu urbain et l'EDI (pour Electronic Data Interchange ou échange de données informatisé).

BNP Paribas Fortis a pleinement soutenu cette étude et est très fier du résultat.

Découvrez ici l’e-book complet : Innovations in Ports: Technology, Information and Processes.

Actualités

08.10.2020

Les premiers nominés aux BVA Private Equity Awards !

Le jeudi 29 octobre, en collaboration avec la Belgian Venture Capital & Private Equity Association (BVA), nous récompenserons des entreprises belges performantes qui ont fait appel au private equity ou venture capital pour financer leur croissance. En raison des circonstances actuelles, un show en ligne sera organisé.

En tant que partenaire de la BVA et cofondateur des Private Equity Awards, nous sommes fiers de participer pour la 3e fois à cette remise. Notre banque hébergera l’événement et siégera au jury. Il y a 3 catégories de prix : « Venture Company of the Year », « Growth Company of the Year » et « Buy-out Company of the Year ».

Aujourd’hui, nous avons le plaisir de vous présenter les premiers nominés de la catégorie Venture Company of the Year :

  • iStar Medical : une société de technologie médicale en phase clinique spécialisée dans de nouveaux implants ophtalmiques pour les patients atteints de glaucome.
  • PDC*line Pharma : une entreprise biotechnologique en phase clinique qui développe une nouvelle classe d’immunothérapies actives puissantes et évolutives contre le cancer.
  • Unifly : cette entreprise a développé une plateforme Unmanned Traffic Management (UTM) qui intègre les drones dans l’espace aérien de façon sûre en connectant les autorités et les pilotes.

Découvrez les entreprises nominées dans une courte vidéo.  Nous leur souhaitons bonne chance à toutes !

 

Vous voulez savoir qui l’emportera ? Save the date !

Cette année, la remise des prix physique sera remplacée par un événement en ligne diffusé le jeudi 29 octobre 2020 à 17 h. Bloquez cette date dans votre agenda !

 

En savoir plus sur les BVA Private Equity Awards ? Cliquez ici.
En savoir plus sur le private equity comme solution de financement ? Cliquez ici.

Actualités

See all news

Discover More

Top