Article

22.10.2020

Les nominés ‘Buy-out’ des BVA Private Equity Awards!

Le jeudi 29 octobre, en collaboration avec la Belgian Venture Capital & Private Equity Association (BVA), nous récompenserons des entreprises belges performantes qui ont fait appel au private equity ou venture capital pour financer leur croissance. En raison des circonstances actuelles, un show en ligne sera organisé.

En tant que partenaire de la BVA et cofondateur des Private Equity Awards, nous sommes fiers de participer pour la 3e fois à cette remise. Notre banque hébergera l’événement et siégera au jury. Il y a 3 catégories de prix: «Venture Company of the Year», «Growth Company of the Year» et «Buy-out Company of the Year».

Après vous voir présenté les deux premières catégories, nous avons le plaisir de vous annoncer les nominés de la catégorie Buy-out Company of the Year:

  • Amadys propose des solutions d’équipements de réseaux passifs pour les réseaux de services publics y compris les réseaux télécom fixes et mobiles, les réseaux d’eaux, de gaz et d’électricitétant pour les acteurs industriels en Belgique que dans les pays voisins.
  • CID LINES est un leader dans les désinfectants luttant contre les maladies animales infectieuses. La gamme de produits du groupe comprend une variété de médicaments vétérinaires et une gamme complète de solutions de biosécurité de haute qualité pour les procédures de désinfection et de nettoyage en milieu agricole.
  • Destiny SA est un fournisseur de solutions de communication cloud sécurisées et offre aux entreprises innovantes des services de communication cloud et UcaaS (un service qui rationalise tous les outils de communication d'entreprise). Destiny est le leader des opérateurs alternatifs de télécommunications et le quatrième opérateur B2B en Belgique.

Découvrez les entreprises nominées dans cette petite vidéo. Nous leur souhaitons bonne chance à toutes!

Vous voulez savoir qui l’emportera? Save the date!

Cette année, la remise des prix physique sera remplacée par un événement en ligne diffusé le jeudi 29 octobre 2020 à 17h. Bloquez donc cette date dans votre agenda !

En savoir plus sur les BVA Private Equity Awards? Cliquez ici.
En savoir plus sur le private equity comme solution de financement? Cliquez ici.   

Article

29.10.2020

Regardez en direct les BVA Private Equity Awards !

Ça y est, c’est aujourd’hui à 17h…. La Belgian Venture Capital & Private Equity Association (BVA) remettra, en collaboration avec notre banque, les awards récompensant les entreprises belges soutenues par du private equity ou du venture capital. Suivez le show via notre livestream.

En tant que partenaire de la BVA et cofondateur des Private Equity Awards, nous attendons cette troisième édition avec impatience. Notre banque accueille l’événement qui, vu les circonstances exceptionnelles, sera un show digital et siège également au jury.

Quelles entreprises repartiront avec les awards ? Ne ratez pas l’annonce des vainqueurs et suivez l’événement via le livestream. Qui sont les nominés ?

Nous leur souhaitons beaucoup de succès !

Cliquez sur le bouton ci-dessous à partir de 17h afin de suivre le show. Veuillez noter que le lien sera actif à partir de 16h55, 5 minutes avant le début du show.

En savoir plus sur les BVA Private Equity Awards? Cliquez ici.
En savoir plus sur le private equity comme solution de financement? Cliquez ici.

Article

18.10.2019

Les BVA Awards mettent à l’honneur des entreprises talentueuses et le private equity

Quelles sont les entreprises belges qui, avec le soutien du private equity ou du venture capital, ont connu une croissance remarquable ?

Après le succès de la première édition des BVA Awards en 2018, initiée par BNP Paribas Fortis, également partenaire hôte, l’expérience a été rééditée cette année. En Belgique, le capital-investissement apparaît encore sous-utilisé par rapport à la plupart de nos pays voisins. C’est pourquoi l’association belge du « private equity » (Belgian Venture Capital & Private Equity Association - BVA) a voulu, par ce prix, mettre à l’honneur ces entreprises qui font appel au private equity et réalisent une croissance exceptionnelle.

Le capital-investissement peut être sollicité tout au long du cycle de développement d'une entreprise, trois prix ont donc été décernés dans trois segments distincts : Venture, Croissance et Buy-Out. Le succès des entreprises lauréates est la meilleure preuve que les partenariats noués entre des fonds de « private equity » et des entreprises à fort potentiel peuvent se révéler fructueux. Le 3 octobre dernier, la société d’analyse de données médicales icometrix a décroché le prix dans la catégorie Venture ; le trophée de la catégorie Croissance a été remporté par Guardsquare, le spécialiste de la sécurité des applications, tandis que celui du Buy-out était décerné au leader des thérapies naturelles, Inula .

Découvrez leur portrait :

icometrix, solutions d’intelligence artificielle pour l’imagerie cérébrale

Basée à Louvain, la scale-up icometrix est spécialisée dans l'intelligence artificielle appliquée à l’imagerie cérébrale. En mai 2019, elle a levé 16 millions d'euros supplémentaires auprès de Capricorn Venture Partners, entre autres. Sa solution « icobrain » est capable d’analyser et de quantifier des données extraites d’images du cerveau pour des patients atteints d’affections neurodégénératives, telles que la sclérose en plaques, la maladie d’Alzheimer, l’épilepsie et la démence. Plus de 100 hôpitaux et centres d’imagerie dans le monde utilisent déjà la technologie d'icometrix pour l'analyse de 75 000 scans et IRM du cerveau.

Guardsquare, une croissance exponentielle

Cette tech start-up est le gardien mondial des applications mobiles. Fondée en 2014 par Heidi Rakels, ex-judoka et programmeuse de logiciels, et son mari Eric Lafortune, cerveau technologique de la création de Guardsquare, qui sécurise aujourd’hui 4 milliards d'applications mobiles. Après un premier investissement du pionnier de la haute technologie Jurgen Ingels, les fondateurs ont vendu la majorité des actions au début de cette année à Battery Ventures aux Etats-Unis pour 29 millions de dollars. Le succès de cette entreprise n'est pas passé inaperçu : le consultant Deloitte l'a qualifiée de start-up technologique à la croissance la plus rapide du pays et le 8 octobre, Guardsquare a été sacrée « Scale-up of the Year ».

Inula, “success story” dans les thérapies naturelles

Acteur incontournable des remèdes à base de plantes (aromathérapie, gemmothérapie et fleurs de bach), Inula a été racheté fin 2018 par le fonds d'investissement français Ardian qui en est devenu l’actionnaire majoritaire. Le fonds belge Vendis Capital, de même que Dominique Baudoux (fondateur et président) et Sergio Calendri (CEO) sont toutefois restés à bord. Le montant de la transaction aurait atteint plus de 550 millions d'euros. Il s'agit de l'une des plus importantes opérations de private equity (pour les sociétés non cotées) de ces dernières années en Belgique.

Didier Beauvois, Head of Corporate Banking BNP Paribas Fortis: « Pour notre banque, le private equity est le parfait instrument pour dynamiser l’économie belge. Depuis plus de 30 ans, nous offrons aux entreprises des perspectives de développement, et ce, à chaque étape de leur cycle de vie, que ce soit des start-ups en phase de démarrage, par le biais d'investissements dans des fonds de capital-risque, ou des entreprise établies, via des participations minoritaires directes. Nous sommes intimement convaincus du potentiel de croissance de cette solution de financement et nous sommes heureux de mettre à l’honneur les entreprises qui y recourent. »

 

Découvrez en images cette solution de financement et les gagnants des BVA Awards 2019.

 

Vous êtes entrepreneur et souhaitez en savoir plus sur cette solution de financement ? Consultez notre offre private equity
Article

15.01.2021

Utiliserons-nous bientôt le CO² pour construire ?

Construire avec du CO², c’est possible. La carbonatation accélérée permet de fabriquer des matériaux de construction à base de CO². À Gand, un trottoir durable illustre cette nouvelle technologie.

La carbonatation accélérée, aussi appelée minéralisation du CO2 est une technologie prometteuse qui pourrait rendre l'industrie de la construction plus durable. Elle permet non seulement une réduction des émissions de CO2, mais génère également des émissions de CO2 négatives en stockant en permanence le dioxyde de carbone dans des objets tels que des briques ou de nombreux autres matériaux de construction.

CO2 Value Europe, un groupe de réflexion et d'action représentant la communauté CCU (Carbon Capture & Utilization) en Europe, organisait un webinaire à la mi-décembre sur l’application de la carbonatation accélérée dans le secteur de la construction. L’occasion de démontrer le grand potentiel de cette technologie durable au travers d’applications concrètes. BNP Paribas Fortis n’occupe pas seulement un rôle de partenaire financier pour CO2 Value Europe – en tant que banque, nous sommes également très impliqués dans la transition durable au sein de nombreuses entreprises.

Le deuxième secteur industriel le plus polluant

Si l’industrie du ciment est l’une des plus importantes dans le monde, elle se retrouve malheureusement aussi dans le haut du classement des secteurs les plus polluants. Le ciment est l’un des composants principaux du béton, qui est lui-même indispensable dans le secteur de la construction. Une nouvelle solution durable pour la fabrication du ciment permettrait donc de faire une grande différence. Et l’un de ces méthodes pourrait être la minéralisation du CO2, également connue sous le nom de carbonatation. Il s’agit d’une technologie de CCU (capture et utilisation du CO2) encore méconnue, mais qui pourrait avoir un impact considérable sur le climat et sur l’environnement.

Un phénomène naturel accéléré

La carbonatation est un processus naturel au cours duquel certains minéraux réagissent avec du dioxyde de carbone de façon à former un type de calcaire et de dolomite. Dans la nature, ce procédé prend des milliers d’années. Mais avec d’importantes concentrations de CO2 et dans les conditions optimales, cette réaction chimique et ce processus peuvent à présent être accélérés et ne prendre que quelques minutes. Un procédé peu énergivore, dont le résultat peut être utilisé dans la création de différents produits, notamment des briques, au sein desquels le CO2 est enfermé de manière permanente.

Le CO2, encore et toujours

Le développement de cette technologie de CCU s’est accéléré au cours des dernières années. Par conséquent, nous disposons désormais de solutions de remplacement pour le ciment qui répondent aux exigences techniques du secteur de la construction. Le CO2 peut être utilisé de différentes manières dans la production de matériaux de construction. Par exemple, l’injection de CO2 peut remplacer l’eau pour durcir le ciment. Par ailleurs, le CO2 peut également être utilisé pour transformer les déchets minéraux issus des polluantes industries sidérurgique et minière afin de créer de nouveaux produits tels que des granulats pouvant servir de base dans la fabrication de pavés ou de blocs de construction.

Bénéfique pour notre planète

L’effet engendré par la carbonatation accélérée sur l’environnement est considérable, car il agit à différents niveaux. La réduction des émissions de CO2 estimée pour 2030 à l’échelle mondiale se situe entre 250 et 500 millions de tonnes par an (source : CO2 Value Europe).

  • Le CO2 peut être directement prélevé des fumées issues de processus industriels impliquant notamment l’acier, le ciment et la chimie. Aucune purification ou concentration n’est requise.
  • Le CO2 peut être prélevé directement dans l'atmosphère et entraîne ainsi des émissions de carbone négatives.
  • Dans les deux cas, le CO2 est stocké en permanence dans les produits finis.
  • Des déchets minéraux ainsi que des déchets de construction sont utilisés afin de construire de nouveaux matériaux de construction. Ils ne se retrouvent donc plus dans les décharges.
  • Le recyclage permet également de faire appel à moins de nouvelles sources naturelles.

Et les inconvénients ?

Comme chaque nouveauté, cette solution s’accompagne également de défis. Afin de pouvoir proposer une solution de remplacement véritablement concurrentielle et qualitative pour la fabrication du béton dans le cadre d’une économie circulaire, des investissements et des modifications sont nécessaires.

  • Les usines doivent modifier leurs installations. Il est préférable d’être installé à proximité d’une source de CO2 suffisamment importante, comme une usine sidérurgique, afin d’éviter le transport du CO2.
  • La fabrication de nouveaux produits, même à base de dioxyde de carbone et de déchets, requiert de l’énergie et entraîne donc également des émissions de CO2. Afin de renforcer l’effet durable, il est donc important d’utiliser le plus possible d’énergies renouvelables.
  • La carbonatation accélérée est un processus relativement nouveau et elle ne se déroule pas toujours de manière optimale.
  • Se pose également la question des politiques et du cadre législatif, qui ne sont pas encore suffisamment adaptés à cette nouvelle technologie. CO2 Value Europe suit ces évolutions de très près.

Toutefois, malgré ces défis, Andre Bardow, professeur d’Energy & Process Systems Engineering à l’ETH Zurich, a affirmé lors du webinaire qu’il était convaincu que la minéralisation du CO2 réduisait l’empreinte carbone, encore plus que le CCS (capture et stockage du CO2) ou que le stockage du dioxyde de carbone.

Zéro déchet dans notre pays

À l’heure actuelle, partout dans le monde, des usines fabriquent déjà des matériaux de construction pauvres en CO2. L’une d’entre elles est située dans le Limbourg. La société Orbix de Genk a réussi à purifier des déchets résiduels de la production d’acier (appelés scories) afin d’obtenir des minéraux servant de base dans la fabrication de blocs de béton respectueux du climat. Non seulement du CO2 liquide est utilisé dans la production des blocs de béton au lieu du ciment polluant, mais des déchets résiduels qui partiraient normalement à la décharge sont également recyclés. 

Il en existe d’ailleurs un bel exemple à Gand. Orbix a réalisé, en collaboration avec l’institut flamand pour la recherche VITO, le projet tremplin de la ville de Gand, où vous pouvez marcher sur le premier trottoir durable de Belgique : 100 m2, entièrement construits avec des pierres durables et ayant permis une économie de pas moins de 2 tonnes de CO2 !

Vous avez des projets pour 2021 en matière de durabilité ? Nos experts du Sustainable Business Competence Centre peuvent vous donner des conseils sur les innovations, telles que la minéralisation du CO2 mentionnée ci-dessus, et vous accompagner dans votre transition durable.

Article

04.01.2021

Robovision : « L’intelligence artificielle sera partout dans 5 ans »

Robovision est devenue un acteur de référence, au sein du Benelux, dans le domaine de l’intelligence artificielle. Mais la jeune société gantoise soutenue par BNP Paribas Fortis voit plus grand. « Soins de santé, agriculture, environnement,… dans cinq ans, l’intelligence artificielle sera omniprésente », affirme son CEO, Jonathan Berte.

Jonathan Berte, ingénieur civil physicien de formation, ne peut s’empêcher de sourire quand il repense à ses jeunes années. « Enfant, j’avais déjà un esprit très analytique. Chez les scouts et à l’école, je notais littéralement tout. Recueillir un max d’informations était très important pour moi. J’étais une sorte d’infoholic, de boulimique d’infomations. Mais se borner à collecter des infos ne mène à rien. C’est vrai aussi pour les données qui sont enregistrées sur un disque dur. Leur valeur ajoutée réside dans l’usage qu’on en fait, et avec quelle efficacité on le fait. »

Et comment faites-vous, justement, chez Robovision ?

« Nous travaillons avec l’intelligence artificielle (IA) et proposons aux instances publiques, instituts, petites et grandes entreprises une plateforme qui leur permet de prendre des décisions sur base de données visuelles.. »

Pourriez-vous donner quelques exemples de données visuelles ?

« En mai, en collaboration avec l’université d’Anvers et la firme Securitas, nous avons placé une caméra intelligente dans une rue commerçante pour mesurer si la distanciation sociale était respectée. C’est une info importante pour les décideurs de notre pays. Pour analyser les images, nous avons utilisé une forme très précise d’intelligence artificielle : des algorithmes d’apprentissage qu’on appelle les réseaux neuronaux, c’est-à-dire des réseaux de neurones artificiels. Leur fonctionnement est calqué sur celui de notre cerveau, même s’ils sont encore loin d’être aussi complexes. » 

Ce  qui nous amène à un terme en vogue : ‘deep learning’. Les machines deviendront-elles plus intelligentes que l’homme ?

« Oh, l’évolution est déjà bien avancée. En radiologie notamment, mais aussi dans les jeux. Nous nous concentrons, nous aussi, sur le deep learning car les réseaux neuronaux sont très efficaces en matière de données visuellesMais il faudra encore attendre un certain temps avant que l’IA ne puisse vraiment égaler l’homme dans les domaines où l’intuition joue un rôle majeur. » 

Votre entreprise est passée du stade de start-up à celui de scale-up. Où vous voyez-vous dans cinq ans ?

 « La société de demain sera une société où tout sera relevé, mesuré et monitoré. Nous travaillons ainsi en horticulture où l’IA peut intervenir dans le contrôle de qualité, pour les fruits qui présentent une forme ou une couleur anormale, par exemple. Ces derniers mois, un tas d’exploitations agricoles ou horticoles ont été en difficulté parce que les saisonniers d’Europe de l’Est ne pouvaient entrer dans le pays. Dans les années à venir, ces entreprises investiront sans doute davantage dans l’IA et l’automatisation. Sur ces plans-là, le corona nous a propulsés presque du jour au lendemain dans la société digitale. »

De quels partenaires avez-vous besoin pour réussir dans vos projets ?

« Dans notre croissance et notre évolution de start-up à scale-up, BNP Paribas Fortis a toujours été un important partenaire. Vous nous suivez très bien dans notre cheminement. Il va de soi que, pour pouvoir évaluer le risque, vous devez bien comprendre les projets de votre point de vue de banquier. Mais indépendamment de cela, j’ai le sentiment que vous soutenez particulièrement bien tout ce monde des ‘tech’ et des start-up. » 

Discover More

Contact
Close

Contact

Plainte

Pourriez-vous répondre aux questions ci-dessous ? Nous pourrons vous répondre ainsi plus rapidement. Merci d'avance.

Vous êtes indépendant, exercez une profession libérale, démarrez ou dirigez une petite entreprise locale. Rendez-vous sur notre site dédié aux professionnels.

Vous êtes un particulier ? Rendez-vous sur notre site dédié aux particuliers .

Votre entreprise / organisation est-elle cliente de BNP Paribas Fortis ?

Mon organisation est servie par un chargé de relation :

Votre message

Tapez le code indiqué dans l'image :

captcha
Check
La Banque traite vos données à caractère personnel conformément à la Déclaration Vie Privée de BNP Paribas Fortis SA.

Merci

Votre message a bien été envoyé.

Nous vous répondrons dans les plus brefs délais.

Retour à la page en cours›
Top