Article

08.10.2019

EASI, sacrée entreprise de l'année 2019

La société EASI succède à Easyfairs au titre convoité de « L’Entreprise de l'Année ». Elle est accompagnée dans la victoire par CluePoints, qui décroche le prix de « Scale-up de l’Année ».

La 24ème édition de la cérémonie de remise du prix de « L’Entreprise de l’Année » s’est tenue ce 7 octobre à Bruxelles. Salvatore Curaba, CEO de EASI, a reçu des mains d’Elio Di Rupo, Ministre-président de la Wallonie, la prestigieuse récompense de ce concours organisé par EY, en collaboration avec l’Echo et BNP Paribas Fortis tandis que Willy Borsus, Vice-Président et Ministre de l’Economie du Gouvernement wallon, remettait le trophée« Scale-up de l’Année » à François Torche, le CEO de CluePoints.

EasI, champion de l’innovation

Pilier de l’entreprenariat wallon, EASI fait preuve d’un formidable esprit d’entreprendre depuis sa création en 1999. Sa croissance tant en Belgique qu’à l’international impressionne. L’entreprise compte aujourd’hui plus de 250 travailleurs pour un chiffre d’affaires de 50 millions d’euros, en hausse de 20% chaque année. EASI offre, pour les entreprises, des solutions flexibles développées à partir des dernières technologies. Elle se veut être un vrai partenaire informatique de confiance et aide ses clients à développer et à optimiser leur potentiel, que ce soit en leur proposant des applications de gestion, des solutions de sécurité ou encore des services d’infrastructure IT pragmatiques. Ce qui fait sa différence ? Son sens de l’innovation. Pour ses produits et services, évidemment, mais pas seulement ! C’est par son mode de management participatif que se distingue la société nivelloise. Sa devise : “In everything we do, we believe in bringing each person and organisation to its full potential”.

Laurent Levaux, président du jury : « Le jury a ainsi voulu montrer le soutien des entrepreneurs et des industriels aux entreprises en croissance, éthiques de par leur gestion participative et leur partage progressif du pouvoir et des résultats avec leurs dirigeants et employés. Et c’est une équipe de managers fidèles à l’entrepreneur qui a créé EASI qui anime le développement et l’innovation de cette entreprise technologique. »

CLUEPOINTS, détective des essais cliniques

Elue « Scale-up de l’Année 2019 », CluePoints est spécialisée dans la détection de fraude dans les essais cliniques. Créée en 2012, l’entreprise néo-louvaniste est considérée comme un acteur majeur du secteur des technologies des sciences de la vie. CluePoints réalise de très impressionnantes performances : elle compte aujourd’hui plus de 70 travailleurs. Son chiffre d’affaires est en croissance régulière depuis quelques années ; il devrait atteindre 11 millions d’euros en 2019. Et c’est loin d’être fini ! Le développement et la commercialisation de son ‘SMART engine’ laisse entrevoir encore un énorme potentiel de croissance.

« Un management expérimenté dans le secteur pharmaceutique, un nombre conséquent d’emplois créés en Belgique, ainsi qu’un chiffre d’affaires et un résultat en très belle croissance nous permettent de penser que CluePoints briguera très bientôt le prix très convoité de ‘L’entreprise de l’Année’ », explique Katia de Paepe, CEO de Noukie’s et présidente du jury.

CluePoints succède à Newpharma, gagnant en 2018, et devance, cette année, Qualifio, proUnity et Eura Nova, trois autres jeunes entreprises à fort potentiel de croissance.

Didier Beauvois, Head of Corporate Banking :

« Chaque année, les candidats au prix de Scale-up de l’Année et de l’Entreprise de l’Année m’épatent de plus en plus. Les entreprises, qu’elles soient jeunes pousses ou bien établies, composent l’essence même de notre économie. Leur développement, leurs idées, leurs investissements contribuent à son dynamisme et à sa santé, sources de prospérité et de bien-être social. Depuis plus de 20 ans, nous sommes fiers d’être partenaire de cet évènement qui consacre les meilleures entreprises belges. Leur réussite est une source d’inspiration pour les jeunes générations d’entrepreneurs. »

Du côté néerlandophone du pays, Kinepolis a décroché le prix ‘Onderneming van het Jaar’ qui fêtait sa 25ème édition tandis que la récompense ‘Scale-up van het Jaar’ a été remise à Guardsquare.

Galerie Photos

Vidéo du gagnant

Communiqué de presse EY

Article

27.08.2019

Quatre finalistes de choix pour le prix de « L’Entreprise de l'Année 2019 » !

Dufour, EASI, John Cockerill et Trendy Foods sont en lice pour ce titre prestigieux. Cette sélection est une reconnaissance pour leur engagement et leur contribution à un climat d’affaires positif en Belgique.

Être sacrée « L’Entreprise de l’Année » n’est pas une simple récompense. Il s’agit de la reconnaissance officielle par un jury d’experts de la qualité d’une entreprise, de sa structure financière et de sa vision stratégique ainsi que du travail de ses collaborateurs à tous les niveaux de l’organisation. Un titre qui ouvre des portes, repousse les frontières et motive les équipes.

Didier Beauvois, Head of Corporate Banking & Membre du Comité de Direction, BNP Paribas Fortis : « Tensions commerciales, incertitudes géopolitiques, révolution numérique, émergence de nouvelles réglementations et technologies : les défis auxquels sont confrontées les entreprises se multiplient. Y répondre exigent d’elles créativité et agilité. Maintenir sa compétitivité, c’est repenser sa stratégie. S’assurer une croissance durable, c’est intégrer la dimension environnementale et sociale dans son business model... Il est vital pour nos entreprises de mobiliser l’ensemble de leurs ressources pour opérer ces changements. Les finalistes de cette année y sont parvenus avec succès. Au travers de ce prix, nous souhaitons saluer leurs efforts et leur contribution à la santé de notre économie. D’ores et déjà, toutes mes félicitations aux quatre nominés. »

Le casting de cette édition est particulièrement qualitatif. La tâche du jury, sous la présidence de Laurent Levaux, s’annonce difficile. Qui décrochera le titre convoité de « L’Entreprise de l’Année 2019 » ? Vous pourrez le découvrir en personne le lundi 7 octobre à l'Auditorium 2000 (Brussels Expo) ou en nous suivant sur Twitter via #EDLA19.

Voici les finalistes

Dufour

Le groupe familial Dufour, né au début du siècle passé, a suivi une politique d'investissement durable afin de développer ses activités et d'aboutir à une parfaite autonomie de son organisation. Il compte quelque 600 collaborateurs répartis sur 4 sites d’exploitation : Tournai, Dunkerque, Lille et Paris. Principalement actif en Belgique, il est également présent en France, en Allemagne, en Hollande et ne se fixe aucune frontière…

EASI

Fournisseur belge de services cloud, de solutions de sécurité et de logiciels, EASI propose des solutions développées à partir des dernières technologies et se positionne comme partenaire informatique de confiance auprès de ses clients. Elue "Best Workplace" de Belgique depuis 2015, EASI met l’épanouissement de ses 210 employés au centre de sa stratégie d’entreprise. Son slogan : “In everything we do, we believe in bringing each person and organisation to its full potential”.

John Cockerill

Animé depuis 1817 par l’esprit d’entreprendre et la soif d’innover de son fondateur, le Groupe John Cockerill a su se renouveler pour répondre aux besoins de son temps : préserver les ressources naturelles, contribuer à une mobilité plus verte, produire de manière durable, combattre l’insécurité et faciliter l’accès à l’énergie renouvelable. Avec plus de 6000 collaborateurs, John Cockerill a réalisé en 2018 un chiffre d’affaires de 1,3 milliard d’euros dans 23 pays, sur 5 continents.

Trendy Foods

Leader sur le marché belge des grossistes en alimentation et en non-food, Trendy Foods est née de la fusion, en 1970, de six grossistes en confiserie et boissons de la région verviétoise. En optimisant sa chaîne logistique et en diversifiant tant sa clientèle que ses produits, Trendy Foods a triplé son chiffre d’affaires en dix ans, passant de 378 millions d’euros en 2008 à 1,15 milliard l’an dernier.

Depuis 2018, l’entreprise est également active dans les services de repas pour collectivités grâce au rachat de la société fernelmontoise L’Epagneul.

Lire le communiqué de presse

Du côté néerlandophone, les finalistes au prix de « Onderneming van het Jaar 2019 », qui fête sa 25e édition, sont Actief Interim, Aertssen, Kinepolis Group et Schoenen Torfs.

Le nom des entreprises qualifiées pour le titre « Scale-up de l’Année » sera dévoilé le 28 août.

L’Entreprise de l’Année est une initiative d’EY en collaboration avec L’Echo et BNP Paribas Fortis. En savoir plus sur l’évènement (calendrier, jury, …)

Article

28.08.2019

‘Scale-up de l’Année 2019’ : une sélection exceptionnelle !

CluePoints, EURA NOVA, proUnity et Qualifio sont en finale pour le titre de « Scale-up de l’Année 2019 ». Leurs points communs : elles sont jeunes, connaissent une croissance rapide et sont promises à un bel avenir.

Ces jeunes entreprises innovantes ont montré leur capacité à se développer rapidement et souvent au-delà de nos frontières. Leur sélection pour la 7e édition du prix ‘Scale-up de l’Année’ décerné par EY et ses partenaires L’Echo et BNP Paribas Fortis est amplement méritée.

Didier Beauvois, Head of Corporate Banking & Membre du comité Exécutif, BNP Paribas Fortis: « Notre pays regorge de jeunes entreprises talentueuses. Malheureusement, le succès arrivant, elles quittent la Belgique pour poursuivre leur développement ou vont chercher les investisseurs à l’étranger faute de pouvoir se financer localement. Or, ces start-up innovent, créent de l’emploi, stimulent la croissance économique de notre pays. Elles méritent notre soutien et notre reconnaissance. C’est pourquoi BNP Paribas Fortis soutient des initiatives telles que le Belgian Growth Fund  et investit dans des fonds de capital-risque qui permettent à ces jeunes entreprises de croître à l’international depuis la Belgique. Etre sélectionné et, mieux encore, sacré, ‘Scale-up de l’Année’ peut leur ouvrir de nouvelles portes. Je souhaite d’ores et déjà beaucoup de succès aux finalistes de cette année. »

Découvrez le portrait des 4 candidats retenus cette année :

CluePoints

Les puissants algorithmes statistiques de CluePoints passent au crible les essais cliniques et déterminent la qualité, l'exactitude et l'intégrité des données utilisées. Ils renforcent ainsi l'efficacité du travail des laboratoires en réduisant les erreurs et les risques. Ce système de surveillance globale fort de technologies statistiques intelligentes de pointe a déjà séduit le monde pharmaceutique.

EURA NOVA

A la fois centre de recherche, incubateur et société de consultance IT spécialisée dans la science des données et l’intelligence artificielle, EURAO NOVA accompagne depuis 2008 les start-up et les entreprises internationales dans leur transformation numérique. Elle propose tant du conseil en innovation, que du développement de solutions ou la mise à disposition d’experts. 

proUnity

Révolution digitale dans le secteur des ressources humaines, proUnity est une plateforme en pleine croissance qui propose quelque 10 000 profils d’indépendants à des sociétés, entreprises et services publics situés aussi bien en Wallonie et en Flandres qu’à Bruxelles. Elle vise 50 millions d’euros de chiffre d’affaires et atteindre ainsi son seuil de rentabilité en 2019.

Qualifio

Qualifio est une plateforme puissante, flexible et très simple d’utilisation qui permet de collecter des données et de créer de l’engagement grâce à des campagnes marketing interactives dans plus de 40 formats : quiz, jeux concours, jeux animés, galeries vidéo, etc. Avec un effectif de 50 personnes et des bureaux à Louvain-la-Neuve, Gand, Paris, Amsterdam et Madrid, Qualifio est l'un de ces ‘Logiciels en tant que Service’ dont la croissance est la plus rapide en Belgique.

Lire le communiqué de presse

Laquelle de ces entreprises prometteuses et en forte croissance séduira le jury de « Scale-up de l’Année 2019 » présidé par Katia De Paepe, CEO de Noukie’s ? Rendez-vous le lundi 7 octobre lors de la 24e cérémonie de « L'Entreprise de l'Année » à l'Auditorium 2000 (Brussels Expo) ou suivez-nous sur Twitter via #EDLA19.

Dans le nord du pays, Guardsquare, Intracto, Lansweeper et Silverfin sont les finalistes au prix « Scale-Up van het Jaar 2019 ». Le nom du  gagnant sera dévoilé le mardi 8 octobre.

En savoir plus sur l’évènement

Article

12.06.2024

Nous devons avancer tous ensemble

La banque a diminué de 55% ses émissions de CO2 par équivalent temps plein, et ce depuis 2019. pour Sandra Wilikens, Chief Human Resources Officer, ça nécessite l’implication de tous.

Entre 2019 et 2022, BNP Paribas Fortis a réussi à réduire ses émissions de CO2 de 55%. Comment y êtes-vous parvenus ?

« Principalement en agissant sur l’efficacité énergétique de nos bâtiments, qui représentent environ 80% de nos émissions directes. Nous avons aussi optimisé notre patrimoine immobilier et fortement réduit les déplacements professionnels. Nous avons adopté une approche très structurée, qui implique tous les départements de la banque. Depuis 2012, notre Green Bank Platform rassemble tous les trois mois les responsables de chaque département. Ils y présentent leur plan d’action annuel et leurs initiatives propres. Nous faisons le point sur toute une série de KPI, notamment la consommation d’énergie et de papier, les déplacements professionnels, l’électrification du parc automobile ou encore la gestion des déchets. Parce que mesurer permet de mieux comprendre. »

Votre objectif était de réduire les émissions de 42,5% par rapport à 2012 avant la fin de l’année 2025. Cet objectif est atteint. Quelles sont vos autres ambitions ?

« Nous ne comptons pas ménager nos efforts d’ici 2025. Car il n’y a pas de temps à perdre si nous voulons atteindre la neutralité carbone en 2050. Notre nouveau siège de Montagne du Parc à Bruxelles est un bel exemple d’efficacité énergétique. Mais pour le reste de notre parc immobilier, il reste beaucoup à faire. Nous allons améliorer l’efficacité énergétique de nos différents sites régionaux, installer des panneaux solaires sur plus de 80 sites et généraliser l’éclairage LED dans nos bâtiments. Ces efforts devraient nous permettre de réduire nos émissions de CO2 de 7% supplémentaires. »

Où en êtes-vous dans l’électrification de votre parc automobile ?

« Nous faisons beaucoup d’efforts pour électrifier notre parc automobile, et je peux dire que nous avançons dans la bonne direction. Fin 2022, 30% de la flotte des véhicules d’entreprise en leasing était électrifiée, soit des voitures 100% électriques et hybrides rechargeables. Au 3e trimestre 2023, 95% des nouvelles commandes portait sur ce type de véhicules. La nouvelle fiscalité joue évidemment un rôle important dans cette évolution.

Mais pour les employeurs, les choses ne s’arrêtent pas là. Ils doivent composer avec un cadre fiscal très complexe, notamment pour le remboursement des frais d’électricité. Et pour une partie de nos collaborateurs, les choses ne sont pas non plus toujours simples, par exemple parce qu’ils ont difficilement accès à une borne de recharge. Je compte organiser cette année une table ronde sur la mobilité. Elle réunirait autorités, opérateurs, start-up et entreprises. Car nous devons avancer, et nous devons le faire ensemble. »

Comment impliquez-vous les collaborateurs et collaboratrices ?

« Il faut bien sûr beaucoup communiquer, expliquer ce qu’on fait et pourquoi on le fait. Au sein de la banque, nous pouvons aussi compter sur un réseau de plus de 220 EcoCoaches. Le compartiment durabilité de la CCT 90 est aussi un incitant intéressant. Tous les ans, nous nous nous fixons six objectifs concrets. Si trois d’entre eux sont atteints, l’ensemble du personnel bénéficie d’une prime en fin d’année. Jusqu’à présent, ça a toujours été le cas.

Et nous pouvons nous appuyer sur d’autres incitants. Grâce à notre Green Fuel Consumer Plan, nous récompensons les membres du personnel qui ont une voiture de société mais qui l’utilisent peu. Nous menons aussi de nombreuses actions pour favoriser la mobilité douce : marche, vélo et transports en commun. Le choix d’implanter nos sièges au cœur des villes a également un impact positif. Fin 2022, 79% des membres du personnel travaillant à Bruxelles empruntaient les transports en commun pour venir au bureau. En dehors des villes, ils sont 60%. »

Selon vous, dans quels autres domaines est-il urgent de prendre des mesures ?

« La pollution numérique est souvent sous-estimée. Il faut bien se rendre compte qu’envoyer 100 e-mails pollue autant que rouler 20 kilomètres en voiture. C’est pour ça que nous organisons chaque année une campagne interne pour sensibiliser nos collaborateurs et leur donner des conseils en vue de réduire leur empreinte digitale. Nettoyer régulièrement sa boîte e-mail, envoyer des liens plutôt que des fichiers, supprimer les fichiers obsolètes : ce sont de petits efforts, mais si nos 11.000 collègues intègrent ces nouveaux réflexes, l’impact peut être énorme. Chaque effort compte ! »

Article

10.06.2024

La facturation électronique entre entreprises désormais obligatoire

Le projet de loi qui veut introduire cette obligation dans notre pays est actuellement en discussion au parlement fédéral. Après l’approbation du projet, la « facturation électronique B2B » sera obligatoire dès le 1er janvier 2026. Nos experts expliquent pourquoi la Belgique veut introduire ces nouvelles règles, quelles sont les conséquences pour votre entreprise et comment nous pouvons encore mieux vous accompagner.

« Il s’agit d’une réglementation européenne qui sera transposée au niveau belge dès le 1er janvier 2026, explique Emmanuel Bairiot, Responsable Produit chez BNP Paribas Fortis. Elle concerne tout assujetti à la TVA dans le cadre de relations commerciales, soit le B2B, au niveau national. Cela concernera également les relations commerciales au-delà de nos frontières à l’horizon 2028-2030 : la transmission de facture sera harmonisée au niveau européen, aves les mêmes règles d’envoi, de réception et de contenu d’information. »

« Cette régulation européenne vise notamment à limiter la fraude fiscale, complète Emmanuel Bairiot.  De plus, les factures électroniques contiennent des données structurées très riches en informations pertinentes. C’est utile au niveau de la politique économique des États membres, qui peuvent ainsi prendre le pouls  du tissu entrepreneurial du pays et savoir comment s’adapter et fournir des aides. Cela peut également aider les entreprises dans leur cycle « order to cash », car ce processus dématérialisé est entièrement automatisé, ce qui permet aux entreprises de gagner en efficacité et de réduire le temps entre les différentes étapes comme l’envoi, la réception, l’encaissement... »

Pas une révolution mais une évolution

« La nouvelle réglementation n'est pas tant une révolution qu'une évolution, complète Frédéric Fontaine, Head of Transaction Banking chez BNP Paribas Fortis. Ce changement réglementaire sera facilité par les solutions comptables, les softwares, par les sociétés assurant l’émission de factures électroniques.

En tant que banque et société de factoring, nous nous devons d’être présents. Dès 2026, tous les assujettis à la TVA seront interconnectés de manière digitale pour l’envoi et la réception de leurs factures. La banque doit se glisser dans ce canal pour aider nos entreprises à payer et à être payées, et aussi financer des factures sortantes si nécessaire via le factoring. Cela fait partie de notre ADN digital. Nous guiderons nos clients et clientes depuis la création et tout au long du développement et de la croissance de ce processus. Nous serons présents. »

Quel impact pour les entreprises ?

« L’e-invoicing sera obligatoire à très court terme, souligne Emmanuel Bairiot. 2026, c’est demain. Nous recommandons à nos clients professionnels de se mettre en contact avec leur fournisseur de service de facturation, afin de voir comment ils abordent ce changement au niveau du logiciel de facturation. Sera-t-il conforme aux nouvelles règles ? En tant que client, dois-je faire quelque chose en plus ? »

« Il faut anticiper, poursuit-il. Les logiciels sont en train de s’adapter, donc les choses devraient se passer assez naturellement. Mais nos clients peuvent aussi se poser la question pour leurs relations commerciales hors frontières, à moyen terme. C’est aussi l’occasion de réfléchir à son propre processus de facturation. Faut-il réorganiser certains aspects ? »

Prêts à encore mieux vous accompagner

« En tant que banque numéro 1, nous sommes toujours au fait des évolutions, se réjouit Emmanuel Bairiot. Notre ambition est d’être de plus en plus performants digitalement et d’offrir des services à portée de main à nos clients et clientes, par exemple avec des outils tels qu’Easy Banking Business. En termes stratégiques, il est donc normal que nous nous intéressions à l’e-invoicing. De plus, nous bénéficions de l’expertise du Groupe, de sa vision sur l’invoicing au niveau international. Nous pourrons donc profiter de la position du Groupe et de notre expérience dans les canaux digitaux pour accompagner notre clientèle. »

En savoir plus ?

Écoutez l’épisode sur la facturation électronique B2B.

Discover More

Contact
Close

Contact

Pourriez-vous répondre aux questions ci-dessous ? Nous pourrons vous répondre ainsi plus rapidement. Merci d'avance.

Vous êtes indépendant, exercez une profession libérale, démarrez ou dirigez une petite entreprise locale. Rendez-vous sur notre site dédié aux professionnels.

Vous êtes un particulier ? Rendez-vous sur notre site dédié aux particuliers .

Votre entreprise / organisation est-elle cliente de BNP Paribas Fortis ?

Mon organisation est servie par un chargé de relation :

Votre message

Tapez le code indiqué dans l'image :

captcha
Check
La Banque traite vos données à caractère personnel conformément à la Déclaration Vie Privée de BNP Paribas Fortis SA.

Merci

Votre message a bien été envoyé.

Nous vous répondrons dans les plus brefs délais.

Retour à la page en cours›
Top